Site icon Tours et culture

L’amour masqué, Messager, Guitry, Pisani

Bonne année 2013 à toutes et tous qui passez par là, qu’elle soit riche de petits bonheurs, de douceur, tendresse et sérénité, de belles découvertes, et qu’elle voit la réalisation d’un maximum  de rêves!

Quoi de mieux comme premier billet de 2013 que le compte rendu de ce qui fût le dernier spectacle de 2012 en rire et bonne humeur le week-end dernier?

L’Amour Masqué , composée par André Messager en 1922, opéra de Tours, décembre 2012 Comédie musicale en trois actes Vers libres de Sacha Guitry Création le 15 février 1923 à Paris avec Sacha Guitry et son épouse Yvonne Printemps dans les deux rôles principaux.

Mise en scène : Bernard Pisani   Direction : Jean-Yves Ossonce
Orchestre symphonique Région Centre Tours   Choeurs de l’opéra de Tours 


Décors et costumes : Frédéric Pineau   Lumières : Marc Delamézière

Elle : Sophie Haudebourg
Lui : Frédéric Hadou
Servantes : Chloé Briot, Eugénie Danglade
L’Interprète : Franck Cassard
Le Maharadjah : Ronan Nédélec

 
Une reprise d’une production qui tourne depuis de nombreuses années, et qui avait été créée en janvier 2005 à Tours où elle revient pour le dernier spectacle de cette année 2012 riche en belles découvertes, de quoi l’achever dans la bonne humeur!

Un décor kitsch à souhait, des couleurs assez improbables (ah le violet et l’orange…!) , décor chatoyant et costumes élaborés qui plantent une belle ambiance festive! La saveur du texte de Guitry,  il n’en faut pas plus à cette période de l’année pour que la mayonnaise prenne, même si côté argument, tout en frivolité, cela reste assez léger (Elle tombe amoureuse d’une photo, collectionne les bijoux et les amants…) . 
Un texte plus parlé que chanté, mais dont quelques airs restent tout de même en tête et qui donnent l’occasion de voir une autre configuration, plus réduite de l’orchestre de Tours, dirigé par Jean-Yves Ossonce.
Bernard Pisani, le metteur en scène de « L’Amour masqué », qui interprète également le rôle du  baron d’Agnot en a fait une belle production, avec ce qu’il faut de dérision pour cette période de l’année, son rôle et celui de l’interprète en particulier (Franck Cassard) auront réservé de beaux rires!
Quitter la version mobile