Cyrano de Bergerac , Gilles Bouillon, CDRT

« Cyrano de Bergerac », d’Edmond Rostand, mise en scène de Gilles Bouillon.

 

Dramaturgie, Bernard Pico – Scénographie, Nathalie Holt – Costumes, Marc Anselmi – Lumière, Michel Theuil – Musique, Alain Bruel – Assistante mise en scène, Albane Aubry – Maquillages et coiffures, Eva Gorszczyk – Création du nez, Cécile Kretschmar – Assistante costumes, Christine Vollard – Peinture et Sculpture, Thierry Dalat – Régie Générale, Laurent Choquet – Construction du décor, réalisée par l’équipe technique du CDR de Tours sous la direction de Pierre-Alexandre Siméon – Réalisation costumes, Catherine Denully, Marie-Catherine Hirigoyen, Marylène Richard – Maître d’armes, Bertrand Garreaud – Accessoiristes, Emilie Cohuau, Delphine Guibert.
Avec
Christophe Brault, Cyrano de Bergerac
Emmanuelle Wion, Roxane
Thibaut Corrion, Christian de Neuvillette
Cécile Bouillot, La duègne, Mère Marguerite de Jésus
Xavier Guittet, Ragueneau
Philippe Lebas, Comte de Guiche
Denis Léger-Milhau, Lignière
Léon Napias, Montfleury, capitaine Carbon, Castel-Jaloux
Marc Siemiatycki, Le Bret
Louise Belmas,  Pauline Bertani, Stephan Blay, Edouard Bonnet, Brice Carrois, Laure Coignard, Richard Pinto, Mikaël Teyssier

Photo : cyrano

Deux amis amoureux de la même femme et une intrigue qu’on dirait empruntée à Racine ! Cyrano aime Roxane qui aime Christian !
Or Christian, beau, comme le jour, est incapable de parler joliment d’amour, tandis que Cyrano, ô combien éloquent et poète, est grotesquement laid, avec ce fameux nez qu’il porte au milieu du visage comme un défi et comme un masque. Grotesque et magnifique !

Mon petit mot

Voilà une très belle mise en scène de cette pièce bien connue!

Avec ce Cyrano, c’est un hymne au théâtre, l’énergie, le panache… mais aussi une émotion, une poésie, qui m’a cueillie… quel bonheur de se « faire avoir » sur un texte que l’on connait pourtant bien ! 

La belle mise en scène de G. Bouillon est portée par un beau plateau de comédiens, Christophe Brault en tête bien secondé par Thibault Corrion ,  le « choeur » des cadets avec les jeunes comédiens du JTRC qui jouent de multiples personnages… Et une mention toute spéciale à P. Lebas, qui donne un bel éclairage au conte de Guiche. Avec une distribution resserrée, on creuse au plus profond la psychologie des personnages. 

Il faut également saluer un accompagnement sonore de qualité et le décor virevoltant, à la fois très suggestif et qui permet des visuels très poétiques, un bel espace de jeu! 

2h50 de spectacle sans décrochage, et au final, la redécouverte d’une pièce que je croyais bien connaître, des répliques si connues, mais qui font toujours mouche.. . bref, une pièce que je vous encourage à aller voir!


2 commentaires

Laisser un commentaire